•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est toujours 5 h quelque part

Avec Pierre-Yves Lord

Le vendredi de 19 h à 21 h
(en rediffusion le samedi à 3 h)

Robert Lepage rêve à la Corée du Sud

Deux femmes portant des robes rose et bleu dans un parc dont les arbres sont remplis de fleurs.

Deux femmes vêtues de costumes traditionnelles se promènent dans un parc.

Photo : iStock

Robert Lepage a mis le pied dans pas moins de 38 pays et 192 villes. Il y a fort à parier qu'en fin de pandémie, lorsqu'il sera possible de voyager sans trop de risques, le metteur en scène retournera rapidement en Corée du Sud, son pays coup de cœur.

« La Corée a été occupée par la Chine, le Japon, la Mongolie, mentionne le metteur en scène. Les Coréens se sont fait passer sur le corps par tout le monde, et ils sont quand même arrivés à sortir leur épingle du jeu. Ils sont très curieux, et ils sont très au fait de la culture du Québec. »

Robert Lepage apprécie l'ouverture des Sud-Coréens aux influences extérieures. « C'est vraiment un pays du futur », ajoute-t-il, au sujet de cet État considéré comme l'un des moins violents au monde.

En terminant, il parle de la portée de la série télévisée sud-coréenne Goblin, qui utilise le Vieux-Québec comme élément central de sa trame narrative. Les admirateurs de la série lancée en 2016 ont développé un intérêt pour le quartier historique de la Vieille Capitale, selon ce qu'explique le dramaturge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi