•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'irrévérence de Mika en ces temps de crise

Il est toujours 5 h quelque part

Avec Pierre-Yves Lord

Le samedi de 17 h à 19 h
(rediffusion le dimanche à minuit)

L'irrévérence de Mika en ces temps de crise

Portrait.

Mika

Photo : Radio-Canada

S'il n'était pas question de la pandémie de COVID-19, Mika aurait été en ce moment au Québec en tournée pour son album My Name Is Michael Holbrook. Il se trouve plutôt confiné à Athènes, en Grèce, avec ses deux chiens, sans trop savoir quand il remontera de nouveau sur la scène. Au micro de Pierre-Yves Lord, il raconte sans inhibition ses déboires de confinement.

« Je perds ma tête », admet-il d’emblée, en riant.

En plus de dévorer tous les livres de sa bibliothèque, de suivre des cours de philosophie et de langue arabe, et de se délecter de la vue qu’offre son appartement sur l’acropole, Mika occupe une bonne partie de son temps à offrir des spectacles sur les réseaux sociaux. Mais pas n’importe comment! Il offre des vidéos de lui en train de cuisiner tout en écoutant et interprétant des succès d'artistes allant de Cher à... Nirvana!

Qu'est-ce que c’est, la maison? Pour moi, c’est la cuisine et la musique. J’ai donc décidé de faire les deux en même temps.

Mika

« Je n’ai pas voulu faire de performance. Je n’ai pas de piano, ici, et je n’avais pas envie de chanter a cappella. Je ne voulais pas faire des performances en utilisant mon téléphone », poursuit-il.

Le confinement révèle aussi chez l’artiste toute sa vulnérabilité. Sa tournée entière ayant été annulée, il ne sait pas de quoi sera composé demain.

« J’écoutais de la musique, hier soir, et j’ai eu les larmes aux yeux. [...] Ça faisait tellement longtemps que je m’étais retrouvé seul dans une pièce à pleurer en écoutant de la musique. C’était Nina Simone, Black Is the Color of My True Love's Hair, qui est un truc incroyable », raconte-t-il.

« C’est toute cette décompression du cerveau qui s’est passée pendant ces sept dernières semaines qui m’a rendu un peu plus humain. Tout devient beaucoup plus important. La musique, la connaissance, l’amour que j’ai pour mes amis et ma famille. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi