Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 18 décembre 2018

De meilleures conditions pour les profs favoriseront l'apprentissage des élèves selon le ministre

Publié le

Dessins d'une enseignante visiblement débordée.
Une étude confirme l'existence d'un lien entre le stress vécu par les professeurs et celui qui est vécu par les élèves.   Photo : iStock / kencor04

Le nouveau ministre de l'Éducation du Québec, Jean-François Roberge, croit qu'en améliorant les conditions d'enseignement des professeurs, on rehaussera également les conditions d'apprentissage des élèves.

« Il faut valoriser la profession enseignante. Le rapport maître-élève, c’est le premier facteur dans toutes les études qui parlent de réussite scolaire. Donc, il faut absolument mieux payer nos jeunes enseignants et en attirer davantage », fait valoir Jean-François Roberge.

Le ministre ajoute que pour un baccalauréat de quatre ans, les finissants des facultés d’éducation ont accès à un salaire beaucoup moins élevé que celui que touchent les diplômés de programmes d’études de même durée.

« Il faut aussi réussir l’insertion professionnelle des enseignants, comme on sait que beaucoup quittent [leur profession] dès les premières années. »

Pour ce faire, le gouvernement de la Coalition avenir Québec instaurera dès 2019 un programme de mentorat à long terme pour les jeunes profs.

Pour ce qui est des enseignants en milieu et en fin de carrière, le ministre croit qu’ils ont davantage besoin de ressources que de 1000 ou 2000 $ de plus annuellement.

« Ce qu’ils demandent, c’est du temps pour se rencontrer et échanger sur les meilleures pratiques et pour décompresser. Ils demandent de la formation continue, des orthopédagogues, des psychologues pour les aider à aider les élèves et ils demandent des classes spécialisées pour stopper l’intégration sauvage. »

Le ministre Roberge a aussi indiqué qu’il trouvait inacceptables les délais de réfection et de construction de nouvelles écoles.

Chargement en cours