Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 18 décembre 2018

Montréal n'est pas à l'abri de stratagèmes collusifs, selon la nouvelle inspectrice générale

Publié le

Mise en scène montrant deux hommes se serrant la main au-dessus de la table et échangeant une liasse de billets de banque en dessous de la table.
Le jeu consiste à recourir à la corruption et la collusion sans se faire attraper.   Photo : Getty Images / PeopleImages

Le Bureau de l'inspecteur général (BIG) a son nouveau chien de garde. Me Brigitte Bishop inspectera, avec son équipe, les contrats de la Ville de Montréal en tentant de contrecarrer des stratagèmes frauduleux et collusifs. Car il y a encore des combines dans le milieu de la construction, même après les révélations de la commission Charbonneau.

« C’est toujours là, c’est latent, c’est clair qu’on les voit moins, mais notre but est de maintenir la pression en faisant davantage de surveillance, en produisant des rapports publics et en dénonçant [les fraudes]. La commission Charbonneau a dévoilé des stratagèmes de collusion et de corruption qui dataient de 10 ou 20 ans, alors je ne pense pas que l’on puisse changer ça du jour au lendemain », souligne Mme Bishop.

Brigitte Bishop s'apprête à devenir la nouvelle inspectrice générale de la Ville de Montréal
Brigitte Bishop s'apprête à devenir la nouvelle inspectrice générale de la Ville de Montréal Photo : Bureau de l'inspecteur général de la Ville de Montréal

Sans pouvoir révéler l’objet des enquêtes en cours au BIG, Me Bishop indique que tous les secteurs des travaux publics sont à l’étude, mais en particulier la construction et les sols contaminés. « Nous avons des indices que le crime organisé pourrait s’infiltrer dans ce secteur. »

Dans le cas de la réfection de la rue Sainte-Catherine, nous en sommes au troisième appel d’offres. Est-il possible que des gens se soient parlé pour maintenir le montant du contrat artificiellement élevé? L’inspectrice générale, sans s’avancer sur ce dossier précis, réitère sa volonté de ne pas limiter son action aux appels d’offres, mais de les étudier en amont. Pour ce faire, elle annonce qu’elle ajoutera à son équipe de nouveaux analystes qui auront ce mandat.

Or, quand les appels d’offres sont acceptés, la facture finit souvent par augmenter pour la Ville en raison d’extra et de dépassements de coûts. Me Bishop confirme qu’elle garde cette éventualité dans sa mire.

« Il y a toujours des contingences possibles, on les prévoit dans le budget des contrats, c’est normal. Mais on commence à voir que certaines compagnies facturent une forme de ristourne aux sous-traitants, sous forme d’extra. Donc, ils vont s’entendre sur le pourcentage de l’extra avant même que les travaux commencent. On commence à observer ce phénomène-là. »

Me Bishop succède à Me Denis Gallant, qui a occupé ce poste jusqu’en juillet 2018. Elle assurait l’intérim depuis. Sa nomination a été entérinée hier à l’unanimité au conseil municipal. Son mandat, non renouvelable, prendra fin en 2023.

Chargement en cours