Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 13 décembre 2018

Le nouveau chef du SPVM défend le travail de ses enquêteurs dans l'affaire Rozon

Publié le

Sylvain Caron, directeur désigné du SPVM.
Sylvain Caron, directeur désigné du SPVM.   Photo : Radio-Canada

Pour les victimes de crimes sexuels, le nouveau chef du Service de police de la Ville de Montréal croit que des modifications pourraient être apportées au Code criminel.

C’est le SPVM qui a mené l’enquête sur les plaintes d’agressions sexuelles déposées contre Gilbert Rozon dans la foulée du mouvement #MoiAussi. On apprenait hier que le Directeur des poursuites criminelles et pénales déposerait des accusations dans seulement un cas parmi les 14 dossiers de plaignantes étudiés.

Sylvain Caron, qui entrait officiellement en poste mercredi, mentionne que cette situation pourrait mener à des changements à la loi.

« On fait notre travail en fonction des paramètres de la loi, les procureurs qui ont à analyser l’ensemble des dossiers aussi. Mais malheureusement, il faut qu'il arrive des événements [de ce genre] pour que le législateur modifie la loi. »

Parmi ces notions à revoir, Sylvain Caron mentionne que les exigences en matière de corroboration des faits dans les cas d’agressions sexuelles devraient être revues à la baisse.

Le chef de police croit aussi que les enquêtes sur les crimes sexuels devraient être traitées indépendamment des autres crimes.

« Il faut considérer les victimes et les circonstances entourant les événements dans des dossiers de cette nature. »

Chargement en cours