Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 30 novembre 2018

« 5 jours d'école, c'est trop! » dit Rafael, 8 ans

Publié le

Le jeune Rafael Lanthier et sa soeur Simone.
Le jeune Rafael Lanthier et sa soeur Simone.   Photo : Facebook / Caroline Tessier

« Cinq jours d'école par semaine, c'est beaucoup trop! » clame Rafael Lanthier, 8 ans.

Son cri du cœur, relayé sur Facebook par sa mère, Caroline Tessier, a été partagé des milliers de fois depuis sa publication lundi, preuve que son message touche une corde sensible.

« C’est un message qu’il lance depuis plusieurs années, mais lundi, avec son regard, ça m’a touchée particulièrement et j’ai décidé de l’aider en écrivant une lettre et en la partageant. »

Caroline Tessier ne se doutait pas à ce moment que son message provoquerait une véritable déferlante de témoignages.

« Les gens sont au bout du rouleau. Les gens se sentent étouffés par les obligations et le manque de flexibilité. »

Ces obligations sont aussi assumées par les enfants qui vivent, dès le début du primaire, en fonction d’un horaire comparable à celui d’un emploi rémunéré.

« Il y a les devoirs aussi et un certain isolement. Les enfants ne sortent plus autant le soir, après l’école », mentionne la mère de Rafael.

Une des manières de vaincre ces effets néfastes de la routine, selon Caroline Tessier, est d’orienter les entreprises et l’enseignement vers les objectifs.

« Actuellement, on est davantage dans une logique de présentéisme. On signe encore aujourd’hui tous nos contrats de travail pour une période de 40 heures par semaine. En se concentrant sur des objectifs, ça nous laisserait une flexibilité pour s’occuper de notre vie de famille. »

Avec l’ensemble des 11 000 témoignages et commentaires recueillis par la mère de Rafael, celle-ci souhaite insuffler un vent de changement à l’École Saint-Clément que fréquente son fils.

« On pourrait créer un comité avec les enfants pour réfléchir à ce qu’on pourrait faire pour changer l’ambiance, l’éducation ou les infrastructures, mais il faut impliquer les enfants là-dedans. »

Chargement en cours