Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 19 novembre 2018

Trouver Julie : un film pour mieux comprendre ce qui est arrivé à Julie Surprenant

Publié le

Michel Surprenant
Michel Surprenant souhaite que la CAQ s'inspire de ce qui se fait aux États-Unis concernant le registre des prédateurs sexuels.   Photo : Radio-Canada

Près de 20 ans après la disparition de sa fille, Michel Surprenant n'a pas baissé les bras. Le film Trouver Julie, qui sortira en 2019, explore de nouvelles pistes pour tenter d'expliquer ce qui s'est passé en novembre 1999 à Terrebonne.

« Si le registre des prédateurs sexuels avait été accessible, Julie aurait pu être retrouvée ou, à tout le moins, les conséquences de la disparition auraient pu être évitées », dit-il, avant de mentionner que s’il avait su que son voisin Richard Bouillon était un prédateur sexuel actif, il aurait déménagé.

Ce registre est seulement accessible à deux agents de la Sûreté du Québec. Toute demande de consultation doit passer par eux, ce qui entraîne des délais, et dans le cas d’une disparition, les policiers ne disposent pas de beaucoup de temps.

« Les 24 à 48 heures [suivant la disparition] sont cruciales », rappelle Michel Surprenant.

Mais le père de Julie ne baisse pas les bras et continuera de chercher des réponses, pour sa fille.

« Quand une personne disparaît, c’est impossible de faire son deuil. On se place dans la perspective de la personne disparue qui souhaite se faire retrouver. On ne peut pas oublier. »

Michel Surprenant fait valoir que le film du réalisateur Stéphane Parent pourra aider à mieux comprendre la situation, ou encore provoquer des situations qui feraient qu'on retravaille le dossier différemment.

Chargement en cours