Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 13 novembre 2018

Le CIO manque de transparence, déplore Jean-Luc Brassard

Publié le

Le manque de transparence du Comité international olympique (CIO) met à mal le mouvement qu'il promeut, sans égard pour les athlètes. C'est ce que croit Jean-Luc Brassard, médaillé d'or en ski acrobatique (bosses) aux Jeux de Lillehammer, en 1994, qui s'oppose à la tenue des Jeux à Calgary en 2026.

« On a toujours de l’argent qui sort de nulle part pour la présentation de ces grands événements olympiques, qui sont toujours déficitaires, mais on n’a jamais d’argent pour subvenir aux besoins primaires de nos équipes nationales, qui elles, doivent racler les fonds de tiroirs pour envoyer leurs athlètes en compétition. »

L’ancien athlète se demande d’où viennent les 1,2 milliard de dollars qui seront octroyés par le CIO à la ville hôte des Jeux de 2026. « 1,2 milliard, c’est beaucoup pour un organisme sans but lucratif. »

« Ça me surprend toujours de voir les athlètes se prononcer en faveur de ces grands événements. Maintenant, on sait que ça ne tourne pas rond. On sait que tous les Jeux olympiques depuis 1968 ont fait des déficits. »

Jean-Luc Brassard mentionne toutefois qu’en Europe, on commence à poser des questions, et les candidatures sont de plus en plus rares sur le vieux continent.

« Par voie référendaire, les gens envoient un message clair au CIO : montrez patte blanche, faites le ménage parce que ça va moins bien chez vous », résume-t-il.

Personne ne supervise le CIO, déplore Jean-Luc Brassard. C’est un organisme très opaque qui, rappelle-t-il, a réintégré les athlètes russes dopés.

« Le CIO accepte en son sein des dopés carabinés qui vont compétitionner contre nos athlètes. Et pourquoi est-ce qu'on accepte ça? Au nom du grand nom de l'olympisme? Suis-je le seul avec un cerveau pour réfléchir ici? »

Chargement en cours