Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 23 octobre 2018

L'alimentation bio réduirait les risques de cancer, selon une étude

Publié le

Les produits biologiques occupent de plus en plus d’espace sur les tablettes des épiceries
Un étalage de pommes biologiques dans une épicerie   Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Consommer des aliments bio de façon régulière ferait diminuer le risque de cancer de 25 %. C'est une des conclusions d'une récente étude menée sur 70 000 volontaires durant 7 ans, une courte période, selon la toxicologue Élyse Caron-Beaudoin, avec une méthodologie qui comporte quelques biais.

« Il n’y a pas eu de mesure de pesticides dans l’urine ou dans le sang des participants. Ce sont les volontaires eux-mêmes qui entrent les données sur leur alimentation et qui disent “oui, je mange bio; non, je ne mange pas bio” », souligne la chercheuse postdoctorale à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal.

Les chercheurs de l’étude attribuaient un score aux participants en vertu des données communiquées.

Les personnes avec les plus hauts scores sont généralement des femmes professionnelles avec un bon salaire, qui font de l’exercice et qui avaient déjà une alimentation diversifiée avec des fibres et des fruits et légumes, comprenant moins de viande et de produits transformés.

« Tous ces facteurs sont déjà connus comme contribuant à une diminution des risques de maladies cardiovasculaires ou de cancers, mais selon les résultats de l’étude, il se pourrait qu’une combinaison de ces facteurs contribue à ces effets, mais ce n’est pas une [relation de] cause à effet. »

Selon Mme Caron-Beaudoin, cette enquête conclut qu’il faut manger presque exclusivement des aliments biologiques pour que l’association s’observe.

Chargement en cours