Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 17 octobre 2018

Utilisateur-payeur : l'exemple de Beaconsfield pour la collecte des déchets

Publié le

Un homme de dos met des ordures dans un camion.
Vincent Renaud au travail.   Photo : Radio-Canada / André Dalencour

La Ville de Beaconsfield a réduit drastiquement la quantité de déchets qu'elle envoie à l'enfouissement en limitant ses résidents à une collecte par mois. Les frais des collectes supplémentaires sont assumés par le citoyen. Le maire de la ville se réjouit des effets positifs du programme.

« On a pu diminuer aussi nos émissions de gaz à effet de serre, parce qu’on a baissé notre nombre de camions de huit à quatre », mentionne Gilles Bourelle.

Après avoir mené un projet pilote en 2014, la Ville a instauré son programme en 2016. Le « forfait déchet » de Beaconsfield coûte depuis ce temps 150 $ par année pour 12 collectes des déchets. Chaque collecte supplémentaire est facturée.

Donc, en principe, les citoyens ont une collecte incluse par mois.

« À la fin de 2016, on a réduit de 51 % la quantité de déchets que l’on envoie à l’enfouissement. C’est extraordinaire », M. Bourelle, fier de la réponse positive de ses concitoyens.

Beaconsfield a également ajouté des collectes de résidus verts en plus d’instaurer un programme de compostage à domicile. Pas moins de 40 % des résidents compostent leurs déchets de table sur le territoire de la ville, estime le maire.

La formule utilisateur-payeur est la meilleure pour améliorer les pratiques, croit M. Bourelle, qui mentionne que sa ville est également dotée de compteurs d’eau.

Chargement en cours