Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 4 octobre 2018

Alexandra Stréliski, de la publicité à la musique de film

Publié le

Alexandra Stréliski portant des lunettes et regardant directement la caméra, vêtu d'une chemise noire
Écoutez gratuitement Inscape de la pianiste Alexandra Stréliski, un voyage intérieur entre la force et la fragilité.   Photo : Gracieuseté

La pianiste et compositrice québécoise Alexandra Stréliski a fait ses premières armes dans le domaine de la publicité avant de s'émanciper musicalement et de devenir la protégée du cinéaste Jean-Marc Vallée.

Une fois sa formation musicale complétée, la pianiste Alexandra Stréliski s'est rapidement mise au service de la publicité. Ce domaine dans lequel œuvrent plusieurs membres de sa famille, mais auquel elle souhaitait, après quelques années d'activité, se distancer.

« Tout ce monde [de la publicité] est devenu un peu trop, ce n’était plus la chose qui vibrait pour moi. J’ai eu un gros crash de vie, et à la suite de ça, j’ai décidé que j’allais me lancer en musique complètement », raconte Alexandra Stréliski.

Peu après avoir lancé son premier album, Pianoscope, en 2011, Alexandra Stréliski s’est fait approcher par Jean-Marc Vallée. Le cinéaste était complètement obnubilé par ses compositions. Amoureux particulièrement de la première pièce du disque, Prélude, il lui a donné une place de choix dans son film Dallas Buyers Club. L’œuvre a même été jouée en ondes pendant la cérémonie des Oscars, s’étonne encore l’artiste.

L'homme de cinéma a par la suite repris plusieurs de ses compositions pour ses films et séries télévisées. C'est le cas notamment pour Demolition, Big Little Lies et Sharp Objects. Cette dernière réalisation a été l'occasion pour la pianiste de composer un concerto sur mesure pour une des scènes.

Bien qu’elle se concentre davantage sur sa carrière musicale, Alexandra Stréliski reconnaît la « bonne école » qu’a été la publicité pour elle : « C’est mettre sa musique au service d’un concept plus que d’un produit. Un peu comme un film, mais là, c’est 30 secondes, le message est concis, il faut aller droit au but. »

Le second opus d’Alexandra Stréliski, Inscape, sera lancé vendredi. La musicienne entame une tournée au Québec puis en Europe la semaine prochaine.

Elle a interprété en studio la pièce Nouveau départ, tirée de son nouvel album :

Chargement en cours