Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 21 septembre 2018

Réduire le plastique en épicerie : pas au détriment de la sécurité alimentaire

Publié le

Au premier plan des tomates et au second plan les gros réfrigérateurs
Des produits surgelés dans de gros réfrigérateurs dans un supermarché   Photo : Pixabay

Les commerçants ne pourraient-ils pas en faire plus pour réduire le suremballage des aliments et pour réduire notre consommation de plastique? L'Association des détaillants en alimentation doit être un acteur de ce changement, croit son président-directeur général, mais pas au détriment de la sécurité et de la santé des consommateurs.

« On fait partie de la solution, mais l’emballage sert, à la base, à préserver et à protéger les aliments », dit Pierre-Alexandre Blouin.

Selon ce qu’observe l’Association, les consommateurs préfèrent les fruits et légumes prélavés et emballés. Les Québécois aiment le côté pratique de ces produits. Mais en même temps, le vrac connaît une hausse de popularité intéressante, souligne M. Blouin.

Sur les risques de contamination, le président-directeur général estime que les détaillants ont la responsabilité de protéger le consommateur contre lui-même.

« Dans nos magasins, on doit s’assurer que l’on sert un client sans le mettre en danger. J’aurais de la difficulté à être très enthousiaste d'encourager les gens à aller chercher leur viande dans ces plats réutilisables. »

Il en va de la réputation des commerces que d’éliminer ces risques potentiels, insiste M. Blouin.

Chargement en cours