Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du mercredi 29 août 2018

Le nid, un drôle d'objet cinématographique

Publié le

Pierre-Luc Brillant et Isabelle Blais.
Pierre-Luc Brillant et Isabelle Blais.   Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant forment un couple dans la vie comme au grand écran dans le film Le nid. Ce suspense sordide signé David Paradis s'amuse à brouiller les frontières entre la réalité et la fiction.

Le nid, c’est l’histoire d’un couple qui expérimente la séquestration. C’est également une aventure créative pour tenter de sauver le duo. Alors que la femme demande à son conjoint de faire des films, l’aventure déraille.

Avec un scénario présentant des films tournés dans un film, la mise en abîme est flagrante. Elle est poussée encore plus loin puisque Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant incarnent un couple et portent leurs vrais noms.

« Le jeu aurait pu à certains moments être plus décalé puisqu’il n’y a pas de convention dans ce film. Tout est possible », raconte Pierre-Luc Brillant, en lice pour le prix du meilleur acteur aux Percéides pour ce rôle.

Un tournage difficile

Capté à un seul endroit, le long-métrage à faible budget se déroule à huis clos dans le sous-sol sordide de l’église Saint-James à Montréal. Les comédiens ont eu à fréquenter ce lieu poussiéreux et labyrinthique pendant toute la durée du tournage.

Ces efforts ont été récompensés puisque le film a remporté la deuxième position dans la catégorie du meilleur film canadien ou québécois au festival Fantasia.

Le nid sera en salle à partir du 31 août prochain.

Chargement en cours