Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 28 août 2018

Le Parti nul veut faire compter les votes annulés

Publié le

Une personne coche une case sur un bulletin de vote.
Les Québécois seront appelés aux urnes le 1er octobre.   Photo : iStock / no_limit_pictures

Au Québec, les votes annulés délibérément ne sont pas comptabilisés par le directeur général des élections. Cette situation dérange certains électeurs et a motivé Renaud Blais à fonder le Parti nul.

Son programme est simple : faire compter les bulletins de vote annulés.

Depuis 10 ans maintenant, Renaud Bais encourage modestement les électeurs à exprimer leur voix, même s’ils ne se reconnaissent pas dans les propositions des partis politiques.

En 2012, le Parti nul a présenté une dizaine de candidats à l’élection provinciale. En 2014, il y en avait deux fois plus. Lors de cette élection, c’est 63 000 bulletins de vote qui ont été annulés, soit 1,5 % des votes.

« Je n’encourage pas les gens à se désengager. Je veux qu’ils expriment leur volonté de faire bouger les choses. La liberté politique et la démocratie sont les valeurs qui justifient notre engagement. »

Le Parti nul n’est pas le seul exemple de parti voué au vote invalidé. On trouve des initiatives similaires au Costa Rica, au Brésil, en Espagne, en Suisse et en Suède.

Le cas de la Colombie est intéressant. Non seulement on y comptabilise les votes annulés, mais en plus, ceux-ci peuvent invalider une élection s’ils dépassent un certain pourcentage des votes.

Chargement en cours