•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Fortnite</em> : les parents doivent s'intéresser à la vie numérique de leurs enfants

Gravel le matin

Avec Alain Gravel

Fortnite : les parents doivent s'intéresser à la vie numérique de leurs enfants

Audio fil du jeudi 2 août 2018
Une capture d'écran du jeu Fortnite: Battle Royale montrant un personnage afro-américain en train de tirer au fusil d'assaut sur un autre personnage qui tente de se cacher derrière une pile de caisses. L'action se déroule dans un hangar.

Dans Fortnite: Battle Royale, 100 joueurs s'affrontent en même temps et seul le dernier survivant remporte la partie.

Photo : Epic Games

Si vos enfants ne jouent pas à Fortnite, ils en entendent certainement parler dans leur entourage. Or, le populaire jeu en ligne serait un terrain risqué qui permettrait à certains prédateurs d'entrer en contact avec de futures victimes. Cela peut être une bonne occasion pour les parents de s'intéresser à la vie numérique de leurs enfants.

C’est du moins l’avis de René Morin, porte-parole du Centre canadien de protection à l’enfance.

Comme Fortnite est un jeu de stratégie collective, les utilisateurs sont appelés à entrer en relation pour s’entraider. Un scénario qui permet à des prédateurs de gagner la confiance de jeunes joueurs à l’intérieur du cadre ludique du jeu.

« Une fois ces liens de confiance et de complicité bien installés, ils deviennent le point d’entrée pour poursuivre la conversation sur une autre application – souvent Facebook Messenger ou Skype – où le prédateur aura alors davantage de contrôle, où les échanges seront plus directs. »

C’est dans ce contexte que les enfants pourraient être appelés à s’exhiber à la caméra.

Des parents attentifs

Pour René Morin, les récents cas de jeunes piégés par des prédateurs à partir de Fornite représentent une bonne entrée en matière pour discuter de ces risques avec ses enfants.

Tous les enfants ont une inhibition naturelle relativement à la sexualité, mentionne le porte-parole, mais ici, on a affaire à des gens assez habiles, qui sont patients et qui se penchent sur le cas de plusieurs enfants à la fois. Mais à partir du moment où les questions deviennent un peu bizarres, il faut lever le drapeau rouge.

Pour aider leurs enfants à savoir à quel moment il doit signaler des comportements louches, René Morin fait valoir que les parents doivent savoir ce qu’ils font sur Internet et quelles plateformes ils utilisent.

« Il faut aussi être à l’affût des comportements de l’enfant, observer s’il se renferme sur lui-même, s’il n’a plus envie de faire des activités qu’il avait l’habitude d’aimer. Et s’il se confie, il faut le prendre au sérieux. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi