Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 4 juin 2018

Être historien pour le jeu Assassin’s Creed

Publié le

Vue d'un soldat de l'Antiquité de dos, qui marche dans le désert, au soleil levant
Depuis 11 ans, la série de jeux vidéo Assassin's Creed fait la renommée d'Ubisoft.   Photo : Ubisoft Entertainment

« Dans un jeu vidéo, on ne cherche pas la fidélité historique, impossible à atteindre, mais plutôt la crédibilité. » Maxime Durand, historien à Ubisoft Montréal, explique quel rôle il joue dans la création d'un jeu vidéo comme Assassin's Creed.

Chaque jeu vidéo prend de deux à quatre ans à être développé, et les historiens sont présents dès le début du processus. Maxime Durand, spécialiste du 18e siècle colonial, précise que son rôle est d’aider à imaginer des mondes autour de périodes ou de moments historiques marquants.

C’est parfois un défi de faire comprendre à l’équipe l’importance de certains enjeux historiques. Les détails n’ont pas tous la même importance lorsqu’on parle de crédibilité historique.

Maxime Durand

Authenticité et crédibilité sont les deux maîtres mots pour Maxime Durand. « On ne peut pas tout recréer, mais on doit au moins rendre le décor, les bâtiments, les personnages, les sons crédibles. »

Chargement en cours