Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 23 mai 2018

Googler ses symptômes est hasardeux

Publié le

Capture d'écran d'une recherche sur Google avec la question « Quels sont les symptômes de... »
Capture d'écran d'une recherche sur Google   Photo : Radio-Canada / Capture d'écran de Google

Environ 50 % du contenu en ligne sur la santé serait incomplet, incorrect, voire carrément trompeur. Lorsque le magazine Québec Science a découvert que 97 % des individus connectés se tournaient vers Internet pour répondre à des questions sur leur santé, ils ont décidé de produire un numéro spécial pour leur procurer de bonnes réponses.

La rédactrice en chef du magazine, Marie Lambert-Chan, a voulu présenter une information véridique et vérifiée par des experts à ces internautes inquiets. Google leur a fourni les 50 questions les plus souvent posées par les Québécois au moteur de recherche entre 2012 et 2017.

La santé sexuelle, la santé mentale et tout ce qui touche la nutrition et le sport sont des domaines qui reviennent souvent dans ces questions, souligne Marie Lambert-Chan. Selon Google, les Québécois veulent trouver des remèdes aux petits tracas de la vie quotidienne, avoir des réponses à leurs questions embarrassantes ou avoir des informations sur des maladies graves.

Québec Science a donc demandé à des médecins, à des infirmières, à des sexologues, à des psychologues, à des nutritionnistes et à pleins d’autres experts de fournir des réponses que les Québécois pourraient juger satisfaisantes.

Ils ont aussi fait le tour des plus récentes publications scientifiques dans le domaine médical. « Il y a une évolution dans la façon dont on traite les maladies », explique la rédactrice en chef.

Marie Lambert-Chan soutient cependant que ce numéro spécial n’est pas un guide, et que, dans tous les cas, ça ne remplacera jamais une consultation médicale.

Chaque cas est un cas particulier.

Marie Lambert-Chan, rédactrice en chef de Québec Science

Chargement en cours