Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 25 avril 2018

Survivre en étant un média hyperlocal

Publié le

Une lectrice lit son journal hyperlocal sur une tablette.
Une lectrice lit son journal hyperlocal sur une tablette.   Photo : Pamplemousse.ca

Le média Pamplemousse, éditeur de trois journaux hyperlocaux, a annoncé qu'il renaîtra de ses cendres après avoir été obligé de cesser ses activitées en février. Le chroniqueur Hugo Lavoie est allé rencontrer les deux journalistes qui veulent relancer le site web pour découvrir comment ces médias spécialisés peuvent survivre dans le paysage médiatique actuel.

Pamplemousse, Journal des voisins et RueMasson.com sont des médias hyperlocaux indépendants qui se consacrent à l’actualité d’un quartier en particulier.

« Le modèle traditionnel de la publicité qui finance le contenu gratuit, modèle de l’information locale et régionale pendant des décennies, est caduc », affirme le journaliste Simon Van Vlit.

Des bénévoles font également vivre ces journaux en portant plusieurs chapeaux, dont ceux de journalistes, d'éditeurs ou de gestionnaire.

Le modèle de financement proposé par Pamplemousse est l’adhésion volontaire d’individus, de groupes communautaires et même d’entreprises.

« Ça consiste à faire payer des gens qui souhaitent soutenir l’existence du média, mais d’offrir l’information gratuitement », explique M. Van Vlit.

Journal des voisins, dans Ahuntsic, fait figure d’exception parmi les médias hyperlocaux. Ses gestionnaires, Philippe Rachiele et Christiane Dupont, réussissent à se payer un salaire et à donner un cachet à ses journalistes.

Ils ont réussi là où plusieurs ont échoué, grâce à une combinaison de divers modes de financement, soit la vente traditionnelle de publicités, les abonnements, les adhésions et les subventions gouvernementales.

Une campagne de sociofinancement débutera sous peu pour tenter de donner une nouvelle vie à ce média.

Chargement en cours