Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 16 avril 2018

La face cachée de l’humour de Rosalie Vaillancourt et d'Arnaud Soly

Publié le

Arnaud Soly et Rosalie Vaillancourt
Arnaud Soly et Rosalie Vaillancourt   Photo : Radio-Canada

Rosalie Vaillancourt et Arnaud Soly sont de la distribution de la série documentaire Les 5 prochains et veulent montrer qu'être humoriste, ce n'est pas toujours rose. Ils ont travaillé fort pour se tailler une place dans leur milieu et sont la preuve que les parcours atypiques ne sont pas une mauvaise chose.

Se lancer en humour, ça prend une certaine dose de courage aveugle.

Arnaud Soly, humoriste

Arnaud Soly a des parents musiciens classiques et possède une solide formation en arts plastiques, en plus de ses talents de flûtiste. Il a pourtant choisi de se tourner vers l’humour à 25 ans.

« Ça m’a pris un bout de temps avant d’assumer que c’était ça que je voulais faire », affirme-t-il.

Rosalie, elle, a fait un détour par le théâtre, parce qu’elle croyait que c’était ça qu’il fallait qu’elle fasse pour être comme son héroïne, Dominique Michel, qu’elle a découvert dans l’émission Moi et l’autre.

Elle avoue également que son TDAH ne lui a pas rendu la vie facile dans sa jeunesse. « On [Rosalie et ses parents] se demandait vraiment ce que j’allais faire. »

Survivre dans un milieu où l’offre dépasse la demande

Les deux humoristes sont d’accord sur un point. Dans le monde actuel de l’humour, il faut créer ses propres occasions et la polyvalence est un atout plus important que jamais.

Rosalie et Arnaud utilisent tous les deux les réseaux sociaux à leur avantage et y présentent du contenu exclusif et autoproduit.

« On peut aussi réserver nous-mêmes nos salles et l’argent du public qui assiste au spectacle nous revient. Ça ne va pas dans les poches des producteurs », explique Arnaud Soly.

Le marché s’est ouvert et a explosé depuis quelques années avec la multiplication des plateformes et des formes d’humour. Bien qu’une certaine compétition existe entre humoristes, il y a aussi la reconnaissance de l’unicité de l’autre.

Je ne pourrais pas faire ce qu’Arnaud Soly fait et il ne pourrait pas faire ce que je fais.

Rosalie Vaillancourt, humoriste

Chargement en cours