Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 27 mars 2018

La ligne Deux-Montagnes fermée le week-end pour préparer la construction du REM

Publié le

Une maquette du projet montrant un train passer au-dessus d'un cours d'eau.
Le REM est un projet de train de banlieue de 6,3 milliards de dollars.   Photo : CDPQ Infra

Le service sur la ligne de train de banlieue reliant Montréal à Deux-Montagnes sera interrompu durant les fins de semaine du printemps et de l'été 2018 pour préparer les travaux de construction du Réseau express métropolitain (REM), confirme Macky Tall, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) Infra.

Cette interruption de service, une demande du consortium responsable de la construction du REM, permettra de réaliser des relevés, des sondages et des analyses nécessaires à la préparation des travaux, mentionne M. Tall.

Celui-ci soutient que 97 % des passagers utilisent la ligne Montréal–Deux-Montagnes du lundi au vendredi. C’est pourquoi les travaux seront réalisés les samedis et les dimanches. « On va travailler avec des partenaires pour offrir un service de remplacement par autobus durant les travaux », ajoute le président et chef de la direction de la CDPQ Infra.

À terme, Macky Tall assure que la qualité du service de la ligne Deux-Montagne sera améliorée. Le nombre de départs passera de 50 à plus de 250 par jour. Le calendrier de mise en service de cette ligne sera connu à la fin du mois d’avril. Sur la Rive-Sud, le REM sera en service en 2021.

Quant à l’exclusivité des territoires, Macky Tall souhaite rassurer les utilisateurs. « Une fois que le nouveau pont Champlain sera construit, il n’y aura plus de voie réservée. Les autobus, déjà aujourd’hui, sont pris dans le trafic. Ce service ne s’améliorera pas. Le REM devient la solution optimale. »

Macky Tall répète également que la contribution des municipalités, en dollars d’aujourd’hui, ne dépassera pas 60 millions de dollars. Les utilisateurs, eux, paieront un tarif comparable aux autres systèmes de transport en commun.

Chargement en cours