Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 21 mars 2018

Fini les « monsieur, madame » : une question de respect, selon un avocat

Publié le

Fini les « monsieur, madame » : une question de respect, selon un avocat
Fini les « monsieur, madame » : une question de respect, selon un avocat   Photo : iStock / nito100

Les employés de Service Canada ne peuvent plus utiliser les mots « monsieur », « madame », « père » ou « mère » lorsqu'ils s'adressent au public. Selon Me Jean-Sébastien Sauvé, avocat et docteur en droit des personnes issues de la diversité sexuelle, l'idée n'est pas d'imposer un genre, mais de respecter la façon dont s'identifie une personne avec des mots.

Me Sauvé voit d’un bon oeil cette nouvelle directive. « C’est un excellent outil pour éduquer les gens, et les inviter au respect et à faire preuve d’une attention face à une identité de genre des personnes. »

Pour appuyer sa philosophie, Me Jean-Sébastien Sauvé relate une expérience personnelle avec sa compagnie de téléphonie cellulaire.

Chaque fois, on me demande comment je veux être identifié. L’inclusion n’est pas d’imposer à quiconque un genre neutre ou à les inviter à ne plus s’identifier comme père ou mère. Ça invite à leur demander plutôt comment ils s’identifient et par la suite de respecter cette identité.

Me Jean-Sébastien Sauvé

Me Sauvé est conscient, toutefois, que pareille politique puisse amener des difficultés, des flous ou des impressions. « Lorsque c’est expliqué, je crois que c’est plutôt simple à comprendre. La directive est un formidable outil d’éducation, mais encore faut-il que les personnes qui appliquent cette directive soient formées. »

Chargement en cours