Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 7 mars 2018

Médecins : la rémunération à l’acte remise en question depuis 2009

Publié le

Médecin tenant un stéthoscope.
Un médecin avec un stéthoscope.   Photo : iStock

Une nouvelle étude rendue publique mercredi révèle que la productivité des médecins québécois a baissé, alors que leur salaire, lui, a significativement augmenté, entre 2006 et 2015. La rémunération à l'acte expliquerait cette situation. Robert Salois, ancien commissaire à la santé et au bien-être du Québec, rappelle que son organisation avait recommandé de le revoir en 2009.

Ce n’est pas un problème du nombre de médecins, c’est un problème d’organisation. On leur demande de faire des choses selon une façon de faire qui consomme du temps alors qu’on pourrait travailler plus facilement en interdisciplinarité, en informatisant [le réseau de la santé], en mettant des moyens de communication plus facile entre les médecins et les patients.

Robert Salois

Le vieillissement de la population et l’augmentation du nombre de maladies chroniques mettent de plus en plus de pression sur les médecins, ajoute M. Salois. Ces derniers désirent aussi avoir une meilleure qualité de vie, explique Robert Salois.

Si on a des médecins qui veulent une meilleure qualité de vie, comment peut-on se réorganiser et s’adapter à ces changements-là?

Robert Salois

Robert Salois se réjouit de voir que la communauté médicale s’implique davantage et que certains médecins parlent de leur rémunération. Il croit que la pression publique, jumelée à la campagne électorale à venir, va amener le gouvernement à réfléchir au mode de rémunération.

Chargement en cours