•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de pouvoirs à l’UPAC : une excellente nouvelle, dit André Noël

Gravel le matin

Avec Alain Gravel

Plus de pouvoirs à l’UPAC : une excellente nouvelle, dit André Noël

Audio fil du jeudi 15 février 2018
Enquêteur de l'UPAC

Un enquêteur de l'UPAC

Photo : Radio-Canada

Le journaliste et ancien enquêteur à la commission Charbonneau André Noël voit d'un bon œil l'adoption du projet de loi 107, qui donne plus de pouvoirs à l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

C’est largement positif. L’UPAC est une institution extrêmement importante, qui a été créée à la suite du travail de journalistes d’enquête et de la pression du public, et qui obtient [avec l'adoption de ce projet de loi] des pouvoirs importants pour [elle].

André Noël

André Noël a toutefois des réserves au sujet de la création du comité de surveillance, jugeant que les mécanismes en place, notamment la collaboration avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales et le commissaire à la déontologie policière, sont suffisants.

« [Le comité de surveillance] est une bébelle que le gouvernement a donnée à l’opposition. [...] Ajouter des mécanismes n’apportera rien », ajoute-t-il.

Nomination

Le mode de nomination du commissaire de l’UPAC demeure inchangé avec l’adoption du projet de loi 107. Un statu quo qui satisfait André Noël. « La loi suit la recommandation de la commission Charbonneau. Il est vraiment important d’assurer la séparation des pouvoirs entre le législatif et le judiciaire », enchaîne-t-il. L’opposition demandait une nomination aux deux tiers des membres de l’Assemblée nationale.

Climat de travail

André Noël est également d’avis que le projet de loi 107, qui fait de l’UPAC un corps de police spécialisé, pourrait aider à améliorer le climat de travail. Il soutient que le prêt de policiers provenant d’autres organisations, dont la Sûreté du Québec et le Service de police de la Ville de Montréal, pouvait créer des problèmes en ce qui concerne la hiérarchie et la loyauté, et ainsi affecter l’ambiance au sein de l’organisation.

Selon André Noël, il serait très grave de démettre Robert Lafrenière de ses fonctions de commissaire sans avoir de raison sérieuse. « Sinon, on mine la confiance et on met le successeur sur des charbons ardents [en lui signifiant qu'il pourrait] être démis pour n’importe quoi. »

Sur le même sujet :

L'UPAC obtient plus de pouvoirs

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi

  • Tout un matin

  • Le 15-18

  • Ça s'explique

  • Mêlée politique

  • Flash info