Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 24 janvier 2018

Des médecins dénoncent l’évacuation d’urgence d’enfants malades sans leurs parents

Publié le

L'intérieur de l'avion-hôpital du gouvernement du Québec
L'intérieur de l'avion-hôpital du gouvernement du Québec   Photo : Radio-Canada

Des parents vivant en régions éloignées ne peuvent accompagner leur enfant malade ou blessé lors de leur transport d'urgence vers un centre urbain dans l'avion-hôpital du gouvernement du Québec. Une pratique dénoncée par un groupe de médecins, dont le Dr Samir Shaheen-Hussain, qui travaille à l'Hôpital pour enfants de Montréal.

Cette politique concerne toutes les régions éloignées de la province desservies par l’avion-hôpital, mais le Dr Shaheen-Hussain juge que les communautés inuites et innues en souffrent davantage, notamment en raison de la barrière de la langue.

Le Dr Shaheen-Hussain relate l’histoire d’un enfant d’environ 5 ans qui avait subi un traumatisme. « Initialement, il était assez calme, puis il s’est mis à pleurer. C’était difficile de savoir s’il y avait une détérioration [de l’état clinique]. Était-ce un mal de tête, une envie de vomir? En fin de compte, on a pu trouver une personne qui parlait inuktitut et on s’est aperçus qu’il s’ennuyait simplement de sa mère. »

Le Dr Shaheen-Hussain soutient aussi qu’il arrive fréquemment qu’un enfant soit transporté dans l’avion-hôpital avec une appendicite et fasse le voyage sans aucun antidouleur. « Si le parent était là, il pourrait dire à l’équipe que son enfant [pleure parce qu’il] est en douleur », poursuit le médecin.

Le parent doit prendre un vol commercial pour se rendre au chevet de son enfant à Montréal. Il arrive souvent que les médecins tentent de joindre les parents durant leur trajet.

Ça prend le consentement du parent [pour les soins]. Si l’enfant a besoin d’une chirurgie et qu’on essaie d’appeler le parent pour avoir son consentement, on n’est pas capable de le rejoindre parce qu’il est dans l’avion.

Le Dr Samir Shaheen-Hussain

Ailleurs au Canada

Selon les recherches effectuées par le groupe de médecins, le Québec serait la seule province canadienne à interdire aux parents d’accompagner leur enfant dans l’avion-hôpital.

« En Saskatchewan, le transporteur a même la politique explicite que le parent doit être en mesure d’accompagner son enfant », illustre le Dr Shaheen-Hussain.

Chargement en cours