Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 17 janvier 2018

Le Cirque Éloize marque l’histoire en Arabie saoudite

Publié le

Les acrobates du Cirque Éloize portaient des tenues spécifiques pour les représentations de <i>Cirkopolis</i> en Arabie Saoudite.
Les acrobates du Cirque Éloize portaient des tenues spécifiques pour les représentations de Cirkopolis en Arabie Saoudite.   Photo : Cirque Éloize

Le Cirque Éloize participe à sa manière à la révolution du prince Mohammed ben Salmane. En présentant Cirkopolis, la compagnie québécoise devient le premier cirque à présenter des femmes sur une scène d'Arabie saoudite devant des spectateurs à la fois masculins et féminins. Le spectacle a cependant dû être légèrement modifié en fonction des mœurs du pays.

« Il y a déjà eu de la mixité sur scène dans un spectacle de danse, mais l’auditoire était soit masculin ou féminin. Là, il y a de la mixité des deux côtés », rapporte Jeannot Painchaud, fondateur et codirecteur du Cirque Éloize.

Ce dernier raconte avoir reçu l’appel d’un producteur l’automne dernier afin de présenter le spectacle en janvier. D’emblée, certaines contraintes liées aux mœurs rigides de ce pays ont été discutées.

On a dû ajouter des manches aux costumes des filles. Dans un des numéros, les hommes sont normalement en camisole. Ils ont dû vêtir une chemise, parce qu’il y a des restrictions pour eux aussi.

Jeannot Painchaud

Jeannot Painchaud raconte aussi que le Cirque Éloize a dû retirer un numéro de Cirkopolis dans lequel une contorsionniste était portée par cinq hommes pendant quatre minutes. D’autres changements ont aussi été apportés.

On nous a demandé de modifier les chorégraphies afin que les hommes ne touchent pas aux femmes. Ça a quand même été un bon travail d’adaptation avant de partir, mais à l’exception de ces changements, la totalité du spectacle a été respectée.

Jeannot Painchaud

Participer à la révolution

Les réformes sociétales se succèdent en Arabie saoudite depuis que le pays est dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane. Les femmes auront le droit de conduire à compter de juin prochain et les salles de cinéma, fermées depuis 35 ans, pourront bientôt rouvrir.

Jeannot Painchaud est heureux de pouvoir participer à cette révolution. Il a l’impression que son cirque fait partie de l’histoire

« En Arabie saoudite, il y a des enfants et des familles qui vont voir une chose qu’ils n’ont jamais vue et ça, ça fait plaisir. À quoi ça sert de faire des spectacles pour les gens qui nous comprennent et qui sont exactement comme nous? Je pense que l’art peut servir à changer les choses et à contribuer à changer les mentalités. Quand on en a l’occasion, il faut y aller, à mon avis », dit-il.

Après une série de représentations à Dammam, Cirkopolis sera présenté en première à Riyad, la capitale saoudienne, mercredi soir.

Le Cirque Éloize a publié cette vidéo sur sa page Facebook, lundi :

Chargement en cours