Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du vendredi 12 janvier 2018

Les chaussées du Québec aux soins palliatifs

Publié le

Un nid-de-poule
Un nid-de-poule   Photo : iStock

Le manque d'entretien des infrastructures routières du Québec est tel que Pierre Gauthier, formateur en génie municipal et expert en conception de chaussées, compare la réparation des nids-de-poule à des soins palliatifs. L'entretien préventif est la clé pour contrer cette situation, ce qui n'est pas chose faite.

Il faut croire qu’il y a eu un manque d’entretien pour en arriver là. Aujourd’hui, le MTQ [ministère des Transports du Québec] évalue le déficit d’entretien à environ 6,3 milliards de dollars. La tendance va en s’accroissant plutôt qu’en diminuant. On peut quasiment en conclure que les routes au Québec se détériorent plus rapidement qu’on les répare.

Pierre Gauthier

Le traitement des fissures, la réparation des lézardes, la correction des endroits prévus pour l’écoulement des eaux en bordure des trottoirs ainsi que les opérations de planage et de repavage sont les entretiens préventifs possibles, énumère Pierre Gauthier.

« L’idée est d’intervenir en entretien préventif avant l’apparition des nids-de-poule », poursuit-il.

Il ajoute que le MTQ évalue que 50 % des chaussées et 25 % des ponts, viaducs et échangeurs de son réseau routier sont présentement vétustes.

Outre ces entretiens, Pierre Gauthier conseille aussi d’améliorer les méthodes de conception des infrastructures afin de recréer le plus fidèlement possible le fonctionnement mécanique des chaussées.

Le pire hiver?

Avec le froid polaire, puis les conditions printanières suivies de froid intense que nous connaissons ces jours-ci, la situation est propice à l’apparition de nids-de-poule. Mais il est trop tôt, d’après M. Gauthier, pour savoir si l’hiver 2017-2018 sera pire que les autres en ce qui a trait aux trous dans la chaussée.

« Attendons de voir ce que l’hiver nous réserve pour les prochains mois », dit-il.

Il souligne toutefois que plus nombreux seront les cycles de gel et de dégel, plus les nids-de-poule se multiplieront.

Chargement en cours