Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 8 janvier 2018

Débordement des urgences : un mal plus grave que la grippe

Publié le

Un homme attend dans une salle d'urgence
Les urgences de plusieurs hôpitaux du Québec débordent en raison de la grippe, et la situation est particulièrement critique en Montérégie.   Photo : Getty Images / Shani Miller

Outre la grippe qui frappe fortement, le manque de marge de manœuvre serait l'une des causes profondes du débordement récurrent des urgences du Québec, souligne le Dr Alain Vadeboncoeur, urgentologue et chef du service de médecine d'urgence de l'Institut de cardiologie de Montréal.

Le Dr Alain Vadeboncoeur souligne que la Belle Province serait l’un des endroits au monde où il y a le moins de lits d’hospitalisation disponibles.

Quand il y a une vague d'hospitalisations subite, c’est ça qui arrive quand un virus de la grippe frappe aussi fort, on a peu de marge de manoeuvre pour y faire face. C’est assez gros comme problème, mais ça touche la façon dont le système est construit.

Le Dr Alain Vadeboncoeur

Selon des statistiques qu’il cite, les hôpitaux canadiens ont en temps normal un taux d’occupation des lits d'hospitalisation de 92 %, alors qu’en France, ce taux se situe à 75 %.

Influenza

Les récents débordements des urgences ont notamment été compliqués par la présence simultanée de deux virus de la grippe, une situation inhabituelle, note le Dr Alain Vadeboncoeur.

S’il est normal d’avoir à combattre la grippe de type A à ce temps-ci de l’année, la souche B, déjà présente, arrive habituellement plus tard. À eux s’ajoute le virus respiratoire syncytial, celui qui cause principalement de la toux.

« Les virus ont plus de facilité à se répliquer dans les temps froids. Les Fêtes, c’est très agréable, mais c’est aussi un gros brassage de virus. Beaucoup de gens consultent à l’urgence, parce qu’ils n’ont pas accès à des services de première ligne », enchaîne le Dr Vadeboncoeur.

Efficacité du vaccin

L'administratrice en chef de la Santé publique du Canada a récemment affirmé que le vaccin contre la grippe pourrait, cette année, être inefficace contre la souche A. La façon dont le vaccin contre l’influenza est fabriqué depuis 10 ans est remise en question.

Le Dr Alain Vadeboncoeur souligne que des études sont actuellement réalisées pour développer un vaccin aux effets plus vastes et à plus long terme, qui viserait la racine du virus. Cela permettrait au vaccin de ne plus être affecté par la mutation des virus.

Chargement en cours