Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 30 novembre 2017

L’astronaute David Saint-Jacques, un médecin dans l’espace

Publié le

L'astronaute David Saint-Jacques
L'astronaute David Saint-Jacques   Photo : Radio-Canada / Stéphanie Mac Farlane

L'astronaute David Saint-Jacques réalisera son rêve d'enfance dans moins d'un an en s'envolant vers la Station spatiale internationale pour un séjour de six mois. Il mettra à profit sa formation de médecin en menant des expériences à caractère médical.

La station est un laboratoire en orbite. Il y a des expériences qui se font dans plusieurs domaines, dont en médecine. C’est intéressant, parce que ce n’est pas bon pour la santé d’être en orbite. L’absence de gravité déstabilise tous nos systèmes. À ça, on ajoute la radiation, la vie dans un environnement confiné et le stress de l’isolement. C’est très mauvais pour la santé mentale et physique.

David Saint-Jacques

David Saint-Jacques, également astrophysicien et ingénieur, explique que les astronautes tentent de minimiser les répercussions de leurs symptômes, dont certains ont une ressemblance avec une maladie terrestre : l’ostéoporose.

En orbite, ça se produit plus rapidement, et chez des individus jeunes et en bonne santé. C’est beaucoup plus facile à isoler dans un contexte de mission spatiale.

David Saint-Jacques

Risque

David Saint-Jacques copilotera la fusée Soyouz en novembre 2018. Ce père de trois enfants s’entraîne depuis environ un an. Son défi? « Réussir à être un bon astronaute, un bon mari et un bon père. »

Et les risques?

Oui, il y en a plein. On peut mourir. Il y a carrément ce danger-là, mais il n’y a pas grand-chose dans la vie qui vaut la peine d’être faite et pour lequel il n’y a pas de risque. Je trouve que ça vaut tellement la peine pour moi et pour l’humanité.

David Saint-Jacques

Chargement en cours