Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 8 novembre 2017

Plus d’autobus et de voies réservées avant d’implanter la ligne rose

Publié le

Un autobus est arrêté à une intersection de Montréal.
Un autobus de la société de transport de Montréal   Photo : Radio-Canada / Gabriel Garon

Ajouter des autobus et mettre en place de nouvelles voies réservées seraient l'option à retenir à court terme pour réduire la congestion routière, en attendant la mise en place de nouvelles lignes de métro, souligne Florence Junca-Adenot, ex-présidente de l'Agence métropolitaine de transport.

Comme les ressources financières sont limitées, il faut prioriser les [projets]. À court terme, pendant qu’on planifie les lignes de métro, de tramway ou de métro de surface, l’urgence est de répondre avec une offre de service accrue aux besoins de transport, autre que l’autosolo pour la population. Ça passe par l’ajout d’autobus et de voies réservées dans les rues et autoroutes, dans toute la région métropolitaine. Cela se fait à un coût raisonnable et relativement vite.

Florence Junca-Adenot

Et la ligne rose?

Le projet de ligne rose, proposé par la mairesse élue de Montréal, Valérie Plante, est une idée séduisante, admet Florence Junca-Adenot, également professeure au Département d'études urbaines et touristiques à l’Université du Québec à Montréal. La ligne rose permettrait certes de désengorger la ligne orange et de desservir une nouvelle clientèle, mais Florence Junca-Adenot mentionne que planifier le projet pour lui-même serait une erreur.

Le métro est mythique dans la perception des gens. C’est la solution, mais ce n’est pas nécessairement la meilleure réponse aux problèmes de déplacements.

Florence Junca-Adenot

Mme Junca-Adenot souligne qu’il faut plutôt analyser le problème en sens inverse et en intégrant les réalités des 82 villes de la couronne de Montréal.

« La majorité des citoyens sont en mode autosolo et vivent à l’extérieur de l’île. Il faut avoir une figure intégrée des besoins en termes de mobilité et les évaluer avec des critères objectifs, par exemple, réduire la congestion routière, favoriser la mobilité des gens, réduire les gaz à effets de serre, réduire les coûts pour les citoyens et entreprises », note Florence Junca-Adenot.

Chargement en cours