Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 23 octobre 2017

Propos sur Gilbert Rozon : Guillaume Wagner ne voulait pas supplanter les victimes

Publié le

L'humoriste Guillaume Wagner
L'humoriste Guillaume Wagner   Photo : Radio-Canada / Stéphanie Mac Farlane

Quelques heures avant la sortie publique d'un groupe de femmes qui accusait le grand manitou de Juste pour rire, Gilbert Rozon, d'inconduites sexuelles, l'humoriste Guillaume Wagner a publié un message sur sa page Facebook disant qu'il rompait tous liens avec Juste pour rire « aussi longtemps qu'un agresseur en sera le patron ». Au micro d'Alain Gravel, Guillaume Wagner s'est défendu d'avoir voulu les supplanter.

Je comprends la perception. Les rumeurs sur Gilbert Rozon persistaient depuis des mois dans le milieu et ça ne sortait pas. Un moment donné, Geneviève Lorange, Line Charlebois et Marlène Bolduc ont fait des sorties sur les réseaux sociaux, bien avant la sortie de l’article. Il n’y a rien qui ne se passait avec ça.

Guillaume Wagner

Guillaume Wagner soutient avoir communiqué avec des journalistes. Ceux-ci lui ont répondu « qu’ils savaient », mais ne lui ont pas dit qu’ils travaillaient sur ce dossier.

Je me suis dit qu’il fallait qu’on fasse quelque chose. Il fallait mettre de la pression. J’étais outré que ça ne sorte pas. J’ai essayé de donner un mouvement de solidarité, une espèce de souffle à ça et je me suis dit que d’autres histoires allaient peut-être sortir.

Guillaume Wagner

L’humoriste est donc allé de l’avant avec son statut Facebook, qui a récolté 5400 partages et plus de 26 000 réactions à ce jour.

 

Guillaume Wagner souligne que plusieurs des victimes l’ont remercié pour sa sortie publique, sauf une. « Une victime ne l’a pas pris et je m’en excuse », poursuit-il.

Il affirme aussi avoir par la suite communiqué avec les journalistes qui ont signé les articles.

Ils n’étaient pas fâchés et m’ont même demandé de participer à un autre article, ce que j’ai refusé, parce que je n’ai pas envie de cette attention-là.

Guillaume Wagner
 

Chargement en cours