Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 16 octobre 2017

Atteint d’un cancer colorectal, Dan Bigras « va bien »

Publié le

Dan Bigras soutient le Refuge des jeunes depuis plus de 20 ans.
Dan Bigras soutient le Refuge des jeunes depuis plus de 20 ans.   Photo : Radio-Canada

L'auteur-compositeur-interprète Dan Bigras souffre d'un cancer colorectal. Il en a fait l'annonce, jeudi soir, lors de l'enregistrement de l'émission Tout le monde en parle, diffusée sur ICI Radio-Canada Télé. De son lit d'hôpital, l'artiste s'est entretenu avec l'animateur Alain Gravel lundi matin.

Dan Bigras a recu son diagnostic il y a environ deux semaines. Vendredi dernier, il a subi une chirurgie.

Ça va bien, même si je n’ai jamais été aussi gelé de ma vie. Même quand j’essayais! [...] Le grand danger ici, c’est l’osti de jell-O. Je pense que je commence à aimer ça!

Dan Bigras

Sur un ton un peu plus sérieux, Dan Bigras raconte que ses chances de guérison sont relativement bonnes.

Ça regarde plutôt bien mon affaire. Il ne voit pas de métastases. Mon foie est 100 % clean. Je vais avoir les résultats des autres tests dans un mois.

Dan Bigras

S’il a dû annuler le lancement de son autobiographie et d’un disque, il compte être bien présent à la salle Wilfrid-Pelletier pour Le show du Refuge, le 23 novembre.

Il peut arriver une bad luck, mais je ne crois pas. Je suis bien soigné. On est dans les temps. Déjà, les deux tiers du spectacle sont montés. Je pense que tout va bien aller. Je pense que je vais pouvoir lancer la tournée pour mon spectacle multimédia un peu plus tard.

Dan Bigras

Diagnostic rapide

Dan Bigras rappelle l’importance d’avoir un diagnostic rapide, ce qu’il a pu obtenir.

« Le problème de notre système, c’est d'y entrer. C’est ce que ça donne quand tu coupes partout. [...] Mais une fois que tu es dedans... Je suis arrivé plié en deux à l’urgence de l’hôpital Saint-Luc. En deux jours, tous mes tests étaient passés et je savais ce que j’avais. C’est ce qui m’aide à dealer, c’est de savoir tout ce qui se passe. »

Chargement en cours