Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 11 octobre 2017

Marguerite Blais dénonce l’âgisme en politique

Publié le

L'ex-ministre libérale Marguerite Blais
L'ex-ministre libérale Marguerite Blais   Photo : Radio-Canada

Un article de La Presse canadienne, qui compare l'actuel Conseil des ministres à un « club de l'âge d'or », a fait fortement réagir l'ex-ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais. Elle considère cette comparaison « extrêmement boiteuse », à quelques heures d'un remaniement ministériel.

Marguerite Blais a publié un tweet, mardi, pour dénoncer « l’âgisme » du texte « Remaniement en vue : une cure de jeunesse pour le gouvernement Couillard? ».

 

« La population est vieillissante et c’est comme si nous avions une date de péremption rendus à un certain âge. [...] C’est comme si l'on associait l’âge à une incapacité intellectuelle et physique. Ça m’a fait réagir, parce que la politique est un métier où la conciliation famille et travail est très difficile. »

L’ex-ministre responsable des Aînés se dit d’accord pour qu'on fasse monter de jeunes députés au Conseil des ministres pour les former, mais elle rappelle l’expérience des plus âgés.

« Quand on est ministre des Finances, ça ne prend pas une forme d’expérience? Et quand on est au Conseil du Trésor? Comment fait-on pour regarder les dossiers et les analyser si l'on n’a pas l’expérience et les capacités pour le faire? »

Marguerite Blais croit qu’il faut cesser de cataloguer les gens par rapport à leur âge. Elle rappelle qu’actuellement, le Québec compte près de 1,5 million de personnes âgées de 65 ans et plus.
Elle croit d’ailleurs que la question de l’âge n’est pas la bonne à se poser, mais qu’il faut plutôt se questionner sur les idées modernes d’une personne.

« Il faut avoir des idées jeunes. C’est ça qui est important. Il y a des gens qui ont fait de très grandes choses à un âge avancé de leur vie. »

Marguerite Blais rappelle que la Fédération de l’âge d’or du Québec (FADOQ) compte 500 000 membres. Elle ajoute qu’ils sont extrêmement actifs dans la société, qu'ils paient des taxes, consomment et voyagent.

Chargement en cours