Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 30 août 2017

QS et ON accusent le chef du PQ de stigmatiser les demandeurs d’asile

Publié le

Gabriel Nadeau-Dubois, député de Gouin
Gabriel Nadeau-Dubois, député de Gouin   Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le co-porte-parole de Québec solidaire (QS) et député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, fait une sortie contre le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée. Il accuse celui-ci de stigmatiser les demandeurs d'asile et de faire reculer le projet d'indépendance.

Gabriel Nadeau-Dubois signe, avec Manon Massé, co-porte-parole de QS, et Sol Zanetti, chef d’Option nationale (ON), une lettre ouverte publiée mardi dans certains médias, dont Le Devoir. Ils dénoncent les propos de Jean-François Lisée, l’accusant de stigmatiser les demandeurs d’asile pour gagner des votes.

Ce n’est pas une lettre que j’ai écrite de gaieté de coeur. On a senti le devoir, comme indépendantistes, que le projet d’indépendance soit un beau projet, et de rêver ensemble du pays qu’on veut construire.

Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau-Dubois refuse que le projet d’indépendance soit associé aux propos de Jean-François Lisée. Il fait notamment référence à la déclaration de M. Lisée sur les traitements accordés aux personnes âgées et les ressources mises en place pour l’accueil des demandeurs d’asile.

Nous voulons rappeler qu’il existe au Québec des gens qui veulent faire un pays sans laisser personne derrière. [...] Quand j’ai entendu la deuxième salve de commentaires [de M. Lisée], je me suis dit que c’était une question de devoir. Ce genre de vocabulaire, c’est dangereux. Pas seulement sur le vivre ensemble, mais aussi sur le projet d’indépendance.

Gabriel Nadeau-Dubois

Le député convient toutefois qu’il est légitime de se questionner sur l’accueil des migrants.
« Peut-on poser des questions en cherchant des solutions plutôt que de vouloir marquer des points électoraux envers les gens vulnérables? »

Chargement en cours