Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 24 août 2017

À 5 ans, elle parle 8 langues

Publié le

La jeune Bella Devyatkina (à droite) est entourée de sa mère et de Tetsu Yung, l'organisateur du Festival de langues de Montréal
La jeune Bella Devyatkina (à droite) est entourée de sa mère et de Tetsu Yung, l'organisateur du Festival de langues de Montréal   Photo : Radio-Canada / Stéphanie Mac Farlane

La Russe Bella Devyatkina, âgée de 5 ans, maîtrise 8 langues. Elle est de passage à Montréal pour participer au Festival des langues de Montréal, connu en anglais sous le nom de LangFest.

Si ses deux langues favorites sont l’arabe et l’italien, Bella Devyatkina parle aussi le français, l’anglais, le mandarin, l’allemand, l’espagnol et le russe.

De passage dans le studio de Gravel le matin, elle a souhaité un bon anniversaire à Montréal en cinq langues différentes, excluant le français.

 

Tetsu Yung, l’organisateur du Festival des langues de Montréal, croit que, pour son âge, Bella Devyatkina parle les huit langues à un très haut niveau. Lui-même polyglotte – il maîtrise 10 langues et en parle couramment 5 – Tetsu Yung mentionne que l’exposition aux langues joue un rôle important dans le fait de devenir polyglotte. Il ne s’agit pas nécessairement d’un talent extraordinaire, précise-t-il.

Il faut créer un environnement pour que les enfants apprennent de façon naturelle. [...] Depuis son jeune âge, les parents de Bella ont investi beaucoup de temps dans son développement linguistique. Ils ont utilisé plusieurs méthodes pour lui apprendre le vocabulaire, en plus de l’entourer de tuteurs qui parlent ces langues plusieurs fois par semaine.

Tetsu Yung

Le Festival des langues de Montréal se tient du 25 au 27 août 2017 à l’Université Concordia.

Chargement en cours