Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du lundi 22 mai 2017

Lutter contre la myosite à inclusion en courant un 10 km

Publié le

Martin Jarry à l'entraînement
Martin Jarry à l'entraînement   Photo : Alain Décarie

Il y a un an, Martin Jarry apprenait qu'il était atteint de la myosite à corps d'inclusion, une maladie rare, incurable et mortelle. Il a tout de même choisi de se battre, animé par le besoin de se rendre utile. À l'aide d'un exosquelette, il s'apprête à courir l'épreuve de 10 kilomètres de la compétition Run Ottawa, samedi prochain, pour sensibiliser les gens à cette maladie.

La myosite à corps d'inclusion est un dérèglement majeur du système immunitaire qui survient généralement après l’âge de 60 ans. Martin Jarry a été diagnostiqué à 46 ans. Son système immunitaire se rebelle contre ses propres muscles.

Pour parvenir à courir 10 km, ce policier de la Sureté du Québec s’entraîne deux fois par jour, tous les jours de la semaine, selon le plan préparé par la kinésiologue Naomi Ban. Ce programme lui permet d’améliorer sa condition physique, mais jamais il ne gagnera de masse musculaire. « Malgré la maladie, je suis plus en forme aujourd’hui que j’ai pu l’être dans les dernières années. »

Lors de l’épreuve du 10 km, Martin Jarry portera un exosquelette qui l’assistera dans ces mouvements. Sans cet appareil, il lui serait impossible de compléter la course. « Cela signifie tellement pour moi », souligne l’ancien entraîneur de hockey. « Enfin, j’apporte un peu d’espoir aux gens qui ont [la même] maladie [que moi]. C’est ce qui fait en sorte que je continue. »

Chargement en cours