Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 12 juin 2019

Transfert d’écoles anglophones : « On n’a pas le choix » - Jean-François Roberge

Publié le

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge   Photo : Radio-Canada

Québec se prépare à forcer le transfert d'écoles de la Commission scolaire English-Montreal (CSEM) à la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île (CSPI), mais le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, espère toujours une entente dans les prochains jours.

« On n’a pas le choix de prendre cette décision difficile, en espérant qu’une entente survienne entre les commissions scolaires dans les prochains jours », affirme Jean-François Roberge. « Mais quand les commissions scolaires ne s’entendent pas, mon seul outil comme ministre, c'est de transférer des écoles via décret au conseil des ministres pour garantir le droit à l’éducation. »

Il souligne que cette cohabitation entre élèves francophones et anglophones dans une même école « n'est pas une solution à long terme ». « On est dans un milieu multiethnique, avec beaucoup de nouveaux arrivants qui doivent apprendre le français, et qui vont mieux l'apprendre en milieu francophone que dans une école partagée avec des anglophones », explique le ministre.

Ce n’est pas une politique gouvernementale, c’est une gestion de crise.

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation du Québec

« On accompagne ces deux commissions scolaires depuis janvier pour qu’elles s’entendent, assure Jean-François Roberge. [...] Je pense qu’il y a un peu d’incompréhension et de mauvaise foi aussi. [...] Ça n’a rien à voir avec une guerre anglophones contre francophones. »

Chargement en cours