Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 24 avril 2019

Pénurie de logements : pourquoi ne pas faire un échange?

Publié le

Deux pancartes à louer devant des condominiums
Appartements à louer dans Outremont   Photo : Radio-Canada / Emma Hautecoeur

À l'approche du 1er juillet, la course aux logements continue de battre son plein dans un marché de plus en plus difficile et compétitif, si bien que les locataires doivent user d'originalité pour trouver un appartement à leur goût.

Le quotidien Le Devoir rapportait dans son édition de mardi que des locataires cherchaient désormais à conclure des échanges d’appartements. Une tendance que remarque également le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

« Comme les logements se louent très vite, il n’y a pas beaucoup d’annonces pour des offres d’échange, mais c’est quelque chose qu’on ne voyait pas dans les dernières années. Avec une pénurie comme celle qu’on vit, c’est sûr que gens doivent faire preuve d'ingéniosité pour réussir à trouver un logement », mentionne la porte-parole Véronique Laflamme.

Selon les données compilées par le FRAPRU, le taux d’inoccupation des logements historiquement bas à Montréal cause une pression à la hausse pour le coût des loyers, deux réalités qui expliquent la pénurie de logements.

Souvent ce que les gens cherchent, ce sont des logements à prix modique, mais l’offre [dans les annonces d’échanges] ne correspond pas à cette demande. « Ce que les gens ont à offrir, c’est la perle rare : des logements bien situés, à quelques minutes du métro, bien éclairés et avec un propriétaire compréhensif », résume Mme Laflamme.

Chargement en cours