Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 23 avril 2019

Des villes encore privées d'eau potable : le cas de Flint au Michigan

Publié le

Deux fontaines dans un établissement surmontées d'un panonceau indiquant que l'eau n'est pas potable
Des municipalités du Québec n'ont pas d'eau potable, certaines depuis des années.   Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Robillard

Dans la municipalité de Flint, au Michigan, la population est privée d'eau potable depuis cinq ans. Il s'agit d'une situation exceptionnelle en Amérique du Nord, mais qui n'est pas étrangère à environ 12 000 personnes au Québec qui ne peuvent pas boire l'eau de leur robinet.

« Il y a une trentaine de municipalités au Québec qui n’ont pas d’eau potable, et dans certains cas, depuis 10 ans. Il y aurait des systèmes de chloration ou des améliorations systèmes d’approvisionnement qui pourraient être faits, mais qui ne se font pas en raison de délais techniques ou budgétaires », détaille Alain Saladzius, ingénieur-conseiller en gestion des eaux et administration publique.

La situation est toutefois bien différente à Flint. Selon M. Saladzius, la municipalité du Michigan s’approvisionnait en eau depuis plusieurs années à Détroit, et pour éviter des coûts, les autorités municipales ont décidé de s’approvisionner dans la rivière Flint à proximité, mais cette eau n’a pas été traitée adéquatement, et tout le système a été contaminé. M. Saladzius parle de contamination à la légionellose, entre autres, ainsi que de présence de plomb dans l’eau.

Au Québec, ça ne se serait pas produit ainsi, nous rassure cependant le spécialiste : pour les nouveaux systèmes, la réglementation est stricte et sévère et il n’y a pas de crainte à avoir quant à la qualité de l’eau. Pour les systèmes déjà existants, par contre, M. Saladzius concède qu’il y aurait des améliorations qui pourraient être apportées.

Chargement en cours