Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 18 avril 2019

De banquier à... boulanger : l'histoire de François Barrière

Publié le

François Barrière
François Barrière   Photo : Facebook / Le Toledo

Que feriez-vous si vous aviez la possibilité de changer de carrière? Pour François Barrière, le choix était clair. Il a quitté un poste important à la Banque Laurentienne pour devenir boulanger.

Ce type de changement doit être longuement mûri et ne peut arriver du jour au lendemain. M. Barrière a longtemps caressé l’idée d’ouvrir une boulangerie artisanale avec Riccardo Arnoult.

Cette occasion s’est présentée il y a cinq ans lorsque les deux hommes se sont retrouvés en France.

« Le projet a toujours été d’ouvrir la meilleure et la plus belle boulangerie à Montréal. Je trouve qu’il y a un manque ici. Il y a de très bonnes boulangeries et de très bons cafés, mais pas d’endroits qui cumulent les deux. »

Ce projet est devenu la boulangerie Le Toledo, sur l’avenue du Mont-Royal, changeant du même coup la vie de François Barrière.

« J’étais banquier, je suis devenu trésorier, la vie est belle, j’ai trois enfants, ils vont à l’école privée et il faut payer tout ça. Mais le problème des grandes entreprises comme les banques c’est qu’elles peuvent tuer vos ambitions par manque de créativité. »

François Barrière était arrivé à ce point et il souhaite se réaliser autrement dans son travail. Le milieu bancaire, explique-t-il, n’ayant que très peu évolué depuis 40, 50 ans.

L’ancien banquier peut maintenant vivre de sa passion qui le ramène à ses souvenirs d’enfance, alors qu’il habitait en France.

« J’ai été nourri au pain. Mes étés dans le Périgord, c’était des grands repas de fermiers, et le boulanger passait deux fois semaine avec ses meules de trois kilos », se souvient-il.

Chargement en cours