Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 3 avril 2019

Expulsion de Jody Wilson-Raybould : « C'était la décision qui s'imposait » - Joël Lightbound

Publié le

Joël Lightbound.
Joël Lightbound.   Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

L'expulsion de Jody Wilson-Raybould du caucus libéral met fin à une « distraction intenable » au sein du parti. C'est en ces termes que le député Joël Lightbound a commenté la décision de Justin Trudeau de rompre les liens avec l'ancienne procureure générale du Canada. Le secrétaire parlementaire du ministre des Finances met également en doute l'intégrité de son ex-collègue.

« Elle dit avoir subi des pressions, en l’espace de quatre mois, dans une vingtaine de discussions : pour des dossiers beaucoup moins importants, j’ai beaucoup plus de discussions avec le bureau du premier ministre ou des collègues ministres. J’ai donc beaucoup de difficulté [à croire] sa version », affirme M. Lightbound.

Pour le député, Mme Wilson-Raybould devait quitter le caucus et il appuie la décision de son chef.

« Qu’elle enregistre une conversation privée avec le greffier du Conseil privé alors qu’elle est l’avocate du gouvernement, j’ai beaucoup de difficulté avec ce geste-là », indique M. Lightbound, pour qui ce geste a été la goutte qui a fait déborder le vase.

Le député de Louis-Hébert affirme toutefois que son malaise à l’endroit de Mme Wilson-Raybould remonte à plus loin.

L’avocat de formation s’explique mal comment Mme Wilson-Raybould a pu en venir à la conclusion, en sept jours, qu’il ne fallait pas octroyer d’accord de réparation à SNC-Lavalin. Selon M. Lightbound, c’est une décision délicate qui aurait demandé un examen plus sérieux.

« Pour moi, le scandale depuis le début aurait été que le premier ministre ne pose pas de questions pour s’assurer qu’elle avait bien considéré toutes les options », ajoute le député.

Chargement en cours