Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du jeudi 7 mars 2019

Que savons-nous du vol MH370 cinq ans après sa disparition?

Publié le

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines est disparu depuis plus d’une semaine et reste introuvable. La piste du détournement est de plus en plus évoquée. 

Claude en parle avec Stéphane Berthomet, ex-policier et spécialiste de la lutte 

antiterroriste.
Malaysia Airlines: les recherches se poursuivent   Photo : .

Voilà cinq ans cette semaine que le vol MH370 de la Malaysia Airlines s'est mystérieusement volatilisé entre Kuala Lumpur et Pékin. Selon le spécialiste de l'aéronautique Michel Polacco, on peut maintenant avancer que le vol a été détourné... mais c'est à peu près tout ce que l'on sait.

« Est-ce qu’il a été détourné pour des raisons terroristes, criminelles ou pathologiques par des gens qui voulaient se suicider? Est-ce que c’était des membres de l’équipage ou des passagers qui se sont introduits dans le poste de pilotage? On ne le sait pas ».

Le 8 mars 2014, environ 40 minutes après le décollage de Kuala Lumpur, les contacts avec le Boeing-777 ont été perdus, juste avant que l'avion passe dans l’espace aérien vietnamien.

Selon M. Polacco, les spécialistes ont mis plusieurs semaines à retracer le MH370. Durant les sept heures qui ont suivi la perte de communication, l’avion a continué à voler, déviant de sa route en prenant cap vers le sud, par l’océan Indien, vers l’Australie.

« Après un certain nombre d’analyses, on est arrivés à la conclusion que les équipements de l’avion fonctionnaient bien et que les communications de l’avion avaient été coupées volontairement, donc on peut dire sans risque de se tromper que cet avion a été détourné. »

Michel Polacco indique que hormis quelques pièces retrouvées à proximité de l'Île de la Réunion en 2015, aucun acteur n’a la volonté de lancer des recherches plus approfondies dans l’océan Indien. Ces recherches seraient extrêmement coûteuses en raison de la superficie à couvrir, précise-t-il.

Chargement en cours