Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 19 février 2019

Interdire les signes religieux : Côte-Saint-Luc dit non

Publié le

Divers signes religieux
Divers signes religieux   Photo : Radio-Canada

La loi québécoise sur le port de signes religieux n'est pas encore effective que, déjà, certaines municipalités s'y opposent. C'est le cas de Côte-Saint-Luc, qui n'appliquerait pas une loi interdisant aux personnes en autorité de porter des signes religieux.

La conseillère municipale Dida Berku rappelle que la Ville avait adopté, en 2013, une résolution similaire dans la foulée des débats sur la charte des valeurs du Parti québécois. La Ville a cru bon de reconfirmer cette opposition et de réaffirmer sa position dans ce dossier.

« On a dans notre communauté beaucoup de gens qui portent des signes religieux ou culturels. Des croix, des kippas, des hijabs, etc. On vit dans un monde où les signes religieux sont présents », dit-elle.

Pour l’instant, on ne sait pas quelle définition le gouvernement Legault donnera d’une personne en autorité, mais les élus de Côte-Saint-Luc maintiennent leur position : Québec ne devrait pas imposer de restriction.

Or, les policiers, professeurs, juges et autres personnes généralement considérées comme étant en autorité et qui travaillent sur le territoire de Côte-Saint-Luc sont engagés et relèvent d’instances plus hautes, comme l’agglomération de Montréal, les commissions scolaires et les gouvernements provincial et fédéral.

Chargement en cours