Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 15 février 2019

La maternelle 4 ans : pour le meilleur et pour le pire

Publié le

Des enfants s'amusent avec des jouets en mousse.
Des enfants jouent avec des casse-têtes en mousse.   Photo : iStock

Pénurie d'enseignants, manque d'espace dans les écoles, coût plus important que prévu... Ces contraintes ne semblent pas freiner le gouvernement Legault, qui se penche en priorité sur sa promesse électorale de maternelle 4 ans. Le chroniqueur Michel David en parle même comme étant une « obsession » du premier ministre.

« Quand M. Legault a dit, au débat télévisé à Radio-Canada : “Je mets mon siège en jeu. S’il y a un engagement pour lequel je suis prêt à démissionner si je ne le remplis pas, c’est la maternelle 4 ans.” Beaucoup de gens autour de lui ont sursauté un peu. Ils ne savaient pas qu’il fallait la mettre absolument en haut des priorités, comme ça », explique Michel David.

Pour le chroniqueur, ce geste a causé un impératif politique. Pas question de retourner en arrière pour la Coalition avenir Québec.

La pénurie d’enseignants, la surpopulation dans les écoles et les coûts beaucoup plus importants que prévu ne refroidissent pas non plus le gouvernement provincial, qui veut aller de l’avant avec le projet. Alors qu’on évaluait le coût de l’opération à 260 millions de dollars, aujourd’hui, on parle d'une facture pouvant atteindre les 700 millions de dollars, ce qui sera certainement le cas, selon le chroniqueur.

Michel David souligne qu'il y a également le manque à gagner des commissions scolaires. On prévoit que l'uniformisation de la taxe scolaire effacera de leur portefeuille 1 milliard de dollars.

« D’une manière ou d’une autre, il y a beaucoup d’argent qui ne sera pas disponible pour les autres priorités du ministère de l’Éducation, que ce soit l’embauche de spécialistes ou la réparation des toits des écoles », indique le chroniqueur.

Quelques chiffres d’un sondage Léger commandé par l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE)

Ce sont 49 % des gens qui disent préférer les centre de la petite enfance (CPE), tandis que 19 % des répondants préfèrent la maternelle 4 ans.

Ce sont 51 % des gens qui croient que les garderies proposent un meilleur service, alors que 6 % des répondants croient que c’est la maternelle 4 ans.

Chargement en cours