Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mardi 12 février 2019

Des jeunes contraints de vivre en CHSLD : une perte de dignité

Publié le

Une personne se déplace en fauteuil roulant dans un corridor du centre d'hébergement
Le centre d'hébergement Cooke de Trois-Rivières a obtenu la note de passage en ce qui concerne l'état de ses infrastructures.   Photo : Radio-Canada

Des jeunes en perte d'autonomie doivent parfois se rendre en centre hospitalier de soins de longue durée. Pour Julie Alexandre, qui a passé quelques jours dans un tel établissement, ce n'est pas un traitement convenable.

« Je suis restée marquée par cette expérience. À 18 ans j’étais avec des gens de 80 ans avec des troubles cognitifs, j’ai dû manger le plateau qu’on m’a servi et j’ai dû me coucher à 19 h 30. »

Maintenant résidente de l’organisme communautaire Les Amandiers, la jeune femme de 30 ans se rend compte de toute la chance qu’elle a de pouvoir cuisiner ses plats, se coucher quand bon lui semble et manger un biscuit quand elle en a envie.

« Ma vie n’aurait pas été la même en CHSLD. »

Les Amandiers propose de l’hébergement adapté pour des personnes comme Julie Alexandre qui sont paralysées. Des intervenants à domicile sont disponibles pour assister les résidents dans plusieurs tâches quotidiennes, allant des besoins primaires à de l’assistance aux devoirs pour les étudiants.

Pour Julie Alexandre, avoir une place aux Amandiers a changé sa vie. L’organisme a maintenant une liste d’attente de 60 personnes et, malheureusement, 1 personne sur 10 est hébergée en CHSLD à moins de 64 ans.

Chargement en cours