Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 11 février 2019

Sport amateur : pour une politique nationale de prévention des délits sexuels

Publié le

Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et responsable du sport et des loisirs
Isabelle Charest, ministre déléguée à l'Éducation et responsable du sport et des loisirs   Photo : Radio-Canada

Une enquête de CBC et de Radio-Canada Sports sur des cas d'abus sexuels dans le monde du sport amateur canadien continue de faire des vagues. La ministre déléguée à l'Éducation à Québec soutient qu'une politique nationale de prévention devrait être mise sur pied.

Isabelle Charest indique que le Québec a une politique de prévention et d’intervention en matière de violence et d’agression sexuelle depuis 2017. Or, elle déplore qu'il n’existe pas de politique comparable au Canada.

Elle convient que certaines fédérations sportives ont adopté des stratégies similaires qui permettent de vérifier les antécédents judiciaires de tout le personnel qui gravite autour des jeunes sportifs.

« Avec les outils que nous avons à notre disposition aujourd’hui, je trouve qu’il n’y a pas [de raison] de ne pas procéder à ce genre de vérifications. »

La ministre Charest salue le fait que, de plus en plus, des moyens sont mis en place pour que les victimes dénoncent leur agresseur. « Je pense qu’il faut poursuivre dans cette lignée. »

Or, les victimes ont besoin d’avoir un endroit où ils peuvent parler, où ils peuvent être écoutés. La ministre rappelle que le Québec s’est doté de telles ressources, mais qu'une politique nationale devra inclure ce type de service. 

« Il faut que les parents puissent être capables de reconnaître une agression ou une situation qui est susceptible de devenir une agression. Il faut déployer à plus grande échelle les moyens qu’on a », ajoute Isabelle Charest.

Chargement en cours