Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 4 février 2019

Polémique sur les égoportraits osés : VRAK doit s’excuser, dit Marwah Rizqy

Publié le

Capture d'écran du texte qui fait polémique
Ce contenu, publié en ligne par Vrak, a provoqué l'indignation des internautes.   Photo : Capture d'écran/VRAK

« Au début, je pensais que c'était une blague! » La députée de Saint-Laurent Marwah Rizqy s'indigne contre l'article de VRAK qui donnait des conseils aux ados pour réaliser un bon sexfie, soit un égoportrait osé. Selon elle, la chaîne est en tort et doit assumer son erreur de jugement.

« VRAK, c'est une chaîne destinée principalement aux jeunes! » Marwah Rizqy n’en revient toujours pas de l’article intitulé « 10 trucs pour réussir ton sexfie sans ruiner ta réputation », qui a été publié sur le site web VRAK.TV et sur les réseaux sociaux de la chaîne avant d’être supprimé, à la mi-journée.

Selon elle, la chaîne n’a pas été à la hauteur. VRAK a justifié cet article en affirmant viser désormais un public de 18 à 34 ans, mais a admis qu'elle allait revoir sa ligne éditoriale à la suite de la polémique. Pour Marwah Rizqy, la chaîne aurait dû reconnaître son erreur de jugement.

La députée est d'avis que l’article de VRAK apparaît dans un contexte où les cas de sextorsion se multiplient au Québec depuis plus d’un an. Elle rappelle que, l’année dernière, la diffusion de photos de jeunes filles du Séminaire des Pères Maristes a aussi fait les manchettes.

La députée dit investir beaucoup de temps pour que les jeunes soient sensibilisés aux dangers des photos de ce type.

Une laïcité sans compromis

Marwah Rizqy défend l’idée de la possibilité, pour les fonctionnaires, de porter des signes religieux, et elle adresse une critique en creux au gouvernement actuel. « Il y a des gens qui voudraient gouverner au gré des sondages. » Elle veut que le Parti libéral du Québec demeure le parti « des libertés individuelles ».

Chargement en cours