Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 30 janvier 2019

Téo Taxi : les regrets d'Alexandre Taillefer

Publié le

Alexandre Taillefer au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal, le 22 octobre 2018.
L'homme d'affaires Alexandre Taillefer   Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Alexandre Taillefer prend la responsabilité de l'échec de Téo Taxi, mais refuse de conclure que le modèle d'affaire de l'entreprise posait problème. L'investisseur convient toutefois que son saut en politique a mis du plomb dans l'aile de l'entreprise.

« Je regrette, je n’aurais pas dû faire ça. Le projet Téo en a souffert », dit Alexandre Taillefer, qui affirme avoir investi environ 6 millions de dollars dans l’aventure Téo par le biais du fonds d’investissement XPND Capital.

« J'ai perdu 1,5 million environ, quatre ans et ma réputation », ajoute-t-il.

Selon l’ancien dragon, l’entreprise a manqué d’argent, car elle n’a pas réussi à atteindre la profitabilité en ce qui concerne la marge brute pour les voitures sorties.

Dans la foulée, Alexandre Taillefer refuse de conclure que l’achat de véhicules Tesla a constitué un choix trop cher pour l'entreprise naissante.

« La Tesla nous a permis de tester ce qu’une voiture électrique de 300 km d’autonomie représenterait en coûts opérationnels. D’ailleurs, le coût opérationnel de la Kia et de la Tesla est sensiblement le même. »

Puisque les Kia ont moins d’autonomie, elles doivent être chargées plus souvent. Et si l'on ajoute le salaire des chauffeurs lors de cette charge, M. Taillefer estime à environ 20 $ le coût d’une recharge avec ces voitures.

Déçu et blessé par l’échec de l’entreprise qu’il a fondée, Alexandre Taillefer a indiqué qu’il n’avait pas l’intention de se présenter dans la course à la direction du Parti libéral dans les prochaines années.

« Ceux qui passent à travers des échecs, ce sont des gens qui apprennent. On dit souvent qu’il faut s’entourer de gens qui ont des cicatrices, et moi, j’en ai pas mal, des cicatrices. »

Chargement en cours