Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du lundi 14 janvier 2019

80 lits supplémentaires pour les itinérants les nuits de grand froid

Publié le

Sam Watts, dans la Mission Bon Accueil
Sam Watts, le directeur de la Mission Bon Accueil, a été surpris par l'augmentation de la demande provenant de demandeurs d'asile.   Photo : Radio-Canada / Romain Schué

L'ancien hôpital Royal Victoria offrira dès demain 80 lits d'urgence aux itinérants qui ne trouveraient pas de place en centre d'hébergement par grand froid. Cette mesure sera en vigueur pendant quatre mois.

Lorsque tous les lits sont pris dans les centres d’accueil, certains itinérants doivent lutter contre le froid en se réchauffant dans les haltes-chaleur, dans lesquelles il est interdit de dormir, ou en restant debout. Plusieurs sont donc contraints de dormir le jour dans des endroits chauds.

Pour Sam Watts, président-directeur général de la Mission Bon Accueil, cette situation n’est pas convenable et c’est pour lutter contre cette réalité que la nouvelle mesure d’urgence a été pensée.

Les itinérants qui ne pourront trouver de place dans les centres d’hébergement seront conduits par navette dans l'ancien hôpital. Hommes et femmes y seront admis, tout comme leurs animaux de compagnie. Un partenariat unique avec la Société protectrice des animaux permet cette mesure.

Selon M. Watts, cette initiative de gestion des débordements permettra de répondre efficacement au problème d’itinérance chronique à Montréal.

Grâce aux ressources médicales et psychologiques offertes dans les centres d’hébergement, il est possible de mieux connaître la clientèle et de mieux travailler avec les itinérants lorsqu'ils sortent de la rue.

Et M. Watts est optimiste : depuis deux ans, 1000 personnes sont sorties de la rue, indique-t-il.

Chargement en cours