Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 11 janvier 2019

Murs, désordres et mensonges : incursion dans l'art politique de Martin Bureau

Publié le

Le mur de la honte d'Israël
Le mur de la honte d'Israël   Photo : https://www.nad.ps/en/our-position/borders

Alors que l'obsession de Donald Trump pour son mur continue de faire les manchettes, la Cinémathèque québécoise lance une exposition interactive signée Martin Bureau qui se penche sur ces structures de cloisonnement.

« Le dénominateur commun des murs, c’est qu’ils ne servent pas le mandat pour lequel ils ont été construits », indique l’artiste multidisciplinaire, qui s’intéresse aux murs depuis plusieurs années. C’est lui qui signe l’exposition Les murs du désordre. « Quand le mur de Berlin est tombé, il y en avait une quinzaine. On en compte, 30 ans plus tard, plus de 70. »

Le mur érigé par les Israéliens au début des années 2000 pour freiner l’entrée des Palestiniens sur leur territoire fascine Martin Bureau, qui le voit comme le symbole de la rencontre impossible entre l’Occident et l’Orient.

L’installation de la Cinémathèque québécoise offre une expérience immersive au cœur de ces zones disputées sur lesquelles on érige des murs.

« On a construit là-bas des murs physiques qui imitent, en matière de matériaux, les murs d’Israël, d’Irlande du Nord, et du Sud des États-Unis », explique Martin Bureau, qui a voulu fragmenter son approche documentaire en utilisant divers supports et procédés artistiques.

Chargement en cours