Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du vendredi 4 janvier 2019

Alunissage sur la face cachée de la Lune : un petit pas pour les grandes ambitions de la Chine

Publié le

La sonde lunaire Chang'e 4 est lancée depuis le centre de lancement du satellite Xichang dans la province du Sichuan, au sud-ouest de la Chine, le samedi 8 décembre 2018.
Chang'e 4 devrait alunir autour du 1er janvier afin d'étudier cette partie encore inexplorée de la Lune et d'y mener des expériences scientifiques.   Photo : The Associated Press / Jiang Hongjing

La Chine a réalisé tout un exploit cette semaine en réussissant le premier alunissage sur la face cachée de la Lune, un bond de géant pour l'Agence spatiale chinoise, qui ne cache pas ses ambitions.

Pour l’astrophysicien Robert Lamontagne, il s’agit d’un exploit qui propulse la Chine dans la cour des grands des missions spatiales, aux côtés des Américains et des Russes. C’est une première! On n’avait jamais tenté un atterrissage sur la face cachée de la Lune, alors c’est d’autant plus un exploit de le réussir.

Le programme spatial chinois progresse assez rapidement depuis une trentaine d’années. Le coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec rappelle qu’initialement, les Chinois avaient calqué la technologie russe, mais que, dernièrement, ils ont fait de nombreux progrès.

L’Agence spatiale chinoise préparait cette mission depuis plusieurs mois. Pour la rendre possible, M. Lamontagne indique qu'il fallait préalablement lancer un satellite qui allait servir de relais pour la sonde, comme il n’y avait pas de communication possible avec la face cachée de la Lune.

« C’est un atterrissage à l’aveugle, c’est comme un pilote qui doit se poser aux instruments, sans voir la piste, c’est le même genre de technique. »

Cet exploit permettra de mener d’importantes recherches sur la face inconnue de la Lune et qui nourrit l’ambition de la jeune agence.

« D’ici trois à cinq ans, la Chine prévoit d'envoyer des hommes sur la Lune pour de courts séjours, comme ceux effectués par la NASA au temps des missions Apollo. À terme, ils ont pour objectif d’installer des colonies d’astronautes qui resteraient sur la Lune pour de longues missions, un peu comme David Saint-Jacques dans la Station spatiale internationale. »

Les Chinois ne s’en cachent pas, d’ici 20 ans, ils souhaitent lancer des missions vers Mars.

Chargement en cours